7 faits sur la paralysie du sommeil pour éviter d’être effrayé

Nous avons tous connu cela – se réveiller en pleine nuit, souvent pendant un cauchemar et se rendre compte qu’on n’arrive plus à bouger comme on le voudrait. C’est comme si on était piégé dans son propre corps; votre esprit est conscient, mais votre physique semble déconnecté.

Votre cerveau arrête en fait l’utilisation volontaire de vos muscles pendant le sommeil profond pour vous empêcher de réaliser vos rêves, souligne Buzzfeed.com. Cependant, avec la paralysie du sommeil, ce mécanisme reste engagé malgré le fait que votre cerveau conscient soit “allumé”. Voici 7 faits sur la paralysie du sommeil…

1. Il est possible que vous ayez des visions

L’un des tours les plus troublants que notre cerveau nous joue pendant la paralysie du sommeil est de créer des choses imaginaires que nous croyons réelles, autrement connues sous le nom d’hallucinations. Ces hallucinations semblent réelles parce que nous sommes conscients, bien que nos corps soient encore endormis.

Bien sûr, cela peut être traumatisant, car de nombreuses hallucinations sont de nature désagréable (notre cerveau a parfois un sens de l’humour bizarre). Buzzfeed note que les hallucinations les plus intenses se produisent lors de la transition entre le sommeil et l’éveil.

2. La paralysie du sommeil n’est pas un cauchemar (du moins scientifiquement)

Beaucoup de gens associent le sentiment de ne pas pouvoir bouger à un cauchemar, mais les images désagréables de vrais cauchemars ne se produisent en fait que lorsque vous êtes dans un état de sommeil profond. La paralysie du sommeil est en fait le contraire d’un cauchemar, en raison du moment où elle se produit dans le cycle du sommeil.

WebMD note que la paralysie du sommeil ne se produit que lorsque vous entrez dans la phase de sommeil (hypnagogique) ou que vous en sortez (hypnopompique). La paralysie du sommeil est sans doute plus terrifiante qu’un cauchemar, car vous êtes conscient mais semblez impuissant face aux dangers perçus.

3. Cela n’arrive pas fréquemment

Selon Thought Catalog, alors que la plupart des gens semblent avoir déjà connu une paralysie du sommeil, c’est en fait assez rare. L’article cite une étude européenne de 8 000 sujets qui a montré que seulement 6,2 % d’entre eux ont déjà vraiment eu un cas de paralysie du sommeil.

Même si vous avez déjà eu une paralysie du sommeil, il y a de fortes chances que vous n’en ayez eu qu’une ou peut-être deux. L’étude a également montré que moins de 1% des sujets avaient une  paralysie du sommeil hebdomadaire, tandis que 1,4% en faisaient l’expérience une fois par mois.

4. C’est le début des expériences hors du corps

Que vous soyez d’accord ou pas avec le concept d'”expérience hors du corps”, Dream Studies Portal dit que ces expériences peuvent être plus susceptibles de se produire lorsque vous êtes dans un état de sommeil conscient mais paralysé.

L’article note qu’une expérience hors du corps – ou OBE comme la source l’appelle – est plus susceptible de se produire si vous êtes dans un état de paralysie du sommeil depuis plus de 2 minutes. Les OBE sont la sensation de «quitter» votre moi physique et de voyager ailleurs, pour ensuite retourner dans votre corps endormi.

5. Certains médicaments peuvent provoquer une paralysie du sommeil

Healthline note que les personnes anxieuses peuvent être plus susceptibles de souffrir de paralysie du sommeil. Cela étant dit, il note que certains médicaments et drogues récréatives peuvent en fait augmenter le risque de paralysie du sommeil, bien que cela soit encore sujet à controverse.

La narcolepsie – attaques soudaines de somnolence ou d’endormissement – peut être une cause sous-jacente de la paralysie du sommeil. Les stimulants et les antidépresseurs peuvent apparemment aider à réduire les occurrences de ce phénomène de sommeil si la narcolepsie en est la cause sous-jacente, selon la source.

6. La caféine peut en être la cause

LiveScience.com explique qu’un sommeil régulier est important pour éviter les épisodes de paralysie du sommeil. Une façon d’y parvenir est de limiter votre consommation de caféine; essayez d’éviter d’en boire après 14 heures, note la source.

Les autres substances à éviter sont l’alcool et la nicotine, qui doivent être coupées au moins 3 heures avant le coucher. Si vous avez suivi ces directives et que vous avez encore des épisodes, il est peut-être temps de consulter un médecin, ajoute la source.

7. Essayez de rester calme

Après plusieurs épisodes de paralysie du sommeil, vous pouvez commencer à vous habituer à la sensation (on ne peut pas dire qu’elle en devient plus agréable, mais peut-être juste plus facile à gérer). L’essentiel est que les experts s’accordent à dire que cela ne met pas la vie en danger et que cela passera, aussi terrifiant que cela soit.

Une personne souffrant fréquemment de paralysie du sommeil est citée dans un article du Thought Catalog, qui détaille comment il a réussi à prendre le contrôle de la situation. Cette personne s’est concentrée sur sa respiration et a réussi à remuer un doigt, ensuite ses bras ont suivi et l’épisode de paralysie s’est terminé. Après quelques respirations profondes pour se détendre, il se rendormit.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X