A quoi s’attendre à chaque stade de la MPOC

Le diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) peut soulever de nombreuses questions et incertitudes. Comme il n’existe actuellement aucun remède et que la maladie pulmonaire est de nature progressive, il est utile de savoir à quoi s’attendre au fil du temps.

C’est là qu’intervient le système de classement de l’Initiative mondiale pour la maladie pulmonaire obstructive chronique (GOLD). Développé par GOLD, il distingue les différentes stade de gravité de la maladie en quatre étapes suivantes.

Stade 1 – MPOC léger

Au stade 1 de la MPOC, durant lequel la capacité pulmonaire est d’environ 80 % de la normale, il est possible qu’une personne ne sache pas encore qu’elle a un problème, car les symptômes peuvent être si faibles qu’elle peut souvent continuer à vaquer à ses occupations quotidiennes. Toutes les limitations respiratoires qu’ils éprouvent sont souvent attribuées à d’autres causes, telles que la toux du fumeur; par conséquent, ils recherchent rarement un traitement ou arrêtent de fumer (la principale cause de la maladie).

Pour ceux dont les symptômes sont plus prononcés, VeryWell Health indique qu'”une toux persistante avec production visible d’expectorations (un mélange de salive et de mucus)” est courante.

Stade 2 – MPOC modéré

Au stade 2 de la MPOC, la toux et la production d’expectorations deviennent des préoccupations plus visibles, et un essoufflement peut survenir après une activité physique même légère. Ceci s’explique par le fait que les poumons fonctionnent maintenant à seulement 50 à 80 % de leur capacité normale.

Par conséquence, de nombreuses personnes à ce stade chercheront un traitement pour leurs symptômes. L’Institut pulmonaire indique que ces traitements peuvent inclure des bronchodilatateurs et une réadaptation pulmonaire, dont l’objectif est d’aider l’individu à mieux respirer.

Stade 3 – MPOC sévère

Au stade 3 de la MPOC, Inogen dit que les poumons “ne fonctionnent qu’entre 30 et 50% de leur capacité normale”. En conséquence, les symptômes sont beaucoup plus graves et peuvent inclure de la fatigue, un essoufflement et des exacerbations fréquentes, que la source définit comme «des poussées où les symptômes de la MPOC s’aggravent et durent plus longtemps, entraînant dans certains cas une hospitalisation», qui sont causées par des infections pulmonaires ou la pollution de l’air.

EveryDay Health indique que des inhalateurs de stéroïdes sont souvent prescrits à ce stade pour “aider à prévenir l’aggravation des symptômes”. Mais, à mesure que le flux d’air continue de se détériorer, les poumons deviennent moins capables de se débarrasser des bactéries et des virus nocifs, ce qui conduit les personnes à ce stade à souffrir régulièrement d’infections pulmonaires, telles que la bronchite et la pneumonie.

Stade 4 – MPOC très sévère

Avec une capacité pulmonaire à environ 30 % seulement de la normale, la qualité de vie des personnes au stade 4 de la MPOC est grandement affectée. Les symptômes sont les plus graves et peuvent mettre la vie en danger. En plus d’une aggravation de la toux et des problèmes d’élimination du mucus dans les poumons, les personnes au stade 4 ont souvent du mal à obtenir suffisamment d’oxygène, ce qui, selon Everyday Health, “commence à affecter le cœur et le système circulatoire”. Pour assurer un apport adéquat, une oxygénothérapie est généralement prescrite.

Les exacerbations ont également tendance à se produire plus fréquemment, et COPD.net indique qu’elles “peuvent être suffisamment graves pour nécessiter un traitement hospitalier régulier”. Inogen ajoute que les maux de tête matinaux sont également courants « en raison des niveaux élevés de dioxyde de carbone dans le sang » et que le stress supplémentaire sur le cœur peut faire gonfler les pieds.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X