La paresthésie : 8 raisons possibles de l’engourdissement chronique

La paresthésie est le terme médical donné aux fourmillements que beaucoup de personnes ressentent de temps en temps. Les gens disent souvent que leur bras ou leur jambe s’est « endormi ».

Bien que cette sensation ait le plus souvent pour cause la pression exercée sur un nerf, elle est typiquement temporaire et ne nécessite pas de traitement médical. Si l’engourdissement persiste, cependant, il peut indiquer un problème de santé sous-jacent. Ci-dessous figurent huit causes courantes de paresthésie chronique.

1. La radiculopathie

La paresthésie chronique est souvent signe d’atteinte nerveuse. Un des types d’atteinte nerveuse c’est la radiculopathie, qui, d’après le site Healthline.com, est « une affection dans laquelle les racines nerveuses deviennent comprimées, irritées, ou enflammées ».

L’une des causes les plus courantes de la radiculopathie est la hernie discale, qui exerce pression sur un nerf, causant la sensation d’ engourdissement. Comme autres causes possibles il y a le rétrécissement du canal transportant les signaux de la moelle épinière aux autres parties du corps, ou une tumeur ou autre masse dans la moelle épinière.

2. L’hyperglycémie

L’hyperglycémie, aussi appelée taux de sucre élevé, est une autre cause courante de paresthésie. Au bout d’une période prolongée, l’hyperglycémie peut endommager les nerfs périphériques.

Cette atteinte nerveuse mène ensuite à un problème de santé appelé la neuropathie diabétique, qui peut donner des symptômes bénins comme les fourmillements ou, dans les cas plus graves, un engourdissement ou une paralysie permanente. D’après la American Diabetes Association, « à peu près la moitié des personnes souffrant de diabète subisssent une forme quelconque d’atteinte nerveuse ».

3. Le syndrome du canal carpien

Lorsque le nerf médian—qui va de l’avant-bras à la main—est comprimé ou irrité, le syndrome du canal carpien peut en résulter. Il existe une variété de facteurs de risque pour ce problème de santé, tels que le diabète, l’obésité et les mouvements répétitifs.

Puisque c’est le nerf médian qui produit la sensation du côté de la paume des doigts, et qui est également responsable de la fonction motrice à la base du pouce, une paresthésie persistante dans ces zones pourrait indiquer un syndrome du canal carpien.

4. La sclérose en plaques

Une paresthésie chronique peut aussi être signe de sclérose en plaques. D’après la National Multiple Sclerosis Society, l’engourdissement du visage, du corps ou des bras et des jambes est l’un des premiers symptômes de la maladie et l’un des plus courants.

La source ajoute que « l’engourdissement peut être bénin ou si grave qu’il interfère avec la capacité d’utiliser la partie affectée dans le corps » empêchant par exemple de marcher, d’écrire ou de tenir des objets.

5. La fibromyalgie

La paresthésie est aussi un symptôme de fibromyalgie, une affection caractérisée par une douleur chronique et une sensibilité exacerbée à la pression. Le site EverydayHealth.com dit que la paresthésie chez les personnes souffrant de fibromyalgie est souvent liée à l’anxiété et l’inquiétude à l’égard de la maladie.

La source ajoute que la paresthésie peut mener à l’acroparesthésie, « un picotement des mains et des pieds dû au manque de gaz carbonique », et que les techniques et exercices antistress peuvent être bénéfiques dans le cadre du traitement.

6. L’alcoolisme

Lorsqu’on en abuse chroniquement, l’alcool peut mener à un autre type de neuropathie appelée neuropathie alcoolique ou polynévrite alcoolique. De même qu’avec la neuropathie diabétique, la neuropathie alcoolique peut engendrer des complications à long terme graves, telles que « handicap, douleur chronique et lésions aux mains et aux pieds », dit le site Livestrong.com.

Un engourdissement des extrémités est dû à l’atteinte des nerfs, qui peut « réduire la capacité du corps à détecter les sensations », ce qui cause les fourmillements. La source ajoute qu’une douleur aux bras et aux jambes est un autre symptôme courant de cette maladie.

7. L’hypothyroïdisme

D’après la Mayo Clinic, l’hypothyroïdisme est « une affection dans laquelle votre glande thyroïde ne produit pas assez de l’hormone thyroïdienne ». Si le cas est suffisamment grave et non traité pendant longtemps, l’hypothyroïdisme peut causer une neuropathie périphérique.

La neuropathie périphérique est une atteinte des nerfs « transportant les informations entre le cerveau et la moelle épinière (le système nerveux central) et le reste du corps, comme les bras et les jambes ». Chez les personnes souffrant d’hypothyroïdisme, elle peut apparaître à cause de la rétention d’eau dans les tissus, qui exerce de la pression sur les nerfs.

8. La maladie de Lyme

Dans les cas où la maladie de Lyme n’est pas traitée, la Foundation for Peripheral Neuropathy dit qu’elle peut causer « une douleur, un engourdissement ou une faiblesse aux membres » associés à la neuropathie périphérique. Elle peut aussi mener à une incapacité à bouger un ou les deux côtés du visage.

La source ajoute que la neuropathie périphérique « apparaît typiquement des semaines, des mois ou des années plus tard », au cours du troisième stade de la maladie de Lyme.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X