Comprenons ces différences entre les diabètes de type 1 et de type 2

Le diabète – c’est une maladie dont souffrent beaucoup d’Américains. En fait, d’après les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, plus de 100 millions d’adultes américains ont le diabète ou sont dans un état prédiabétique (qui peut mener au diabète faute de traitement). Le rapport indique qu’en 2015, un pourcentage impressionnant de 9,4% de la population du pays était diabétique.

Le rapport se concentre surtout sur le diabète de type 2, qui est communément appelé le diabète de l’adulte et est lié au style de vie et au régime alimentaire (parmi d’autres facteurs de risque). Cependant, il y a aussi le type 1, qui habituellement affecte les patients plus jeunes. Regardons de plus près afin de faire la différence entre ces deux types…

À propos du type 1

La Mayo Clinic dit que cette forme de diabète était autrefois connue sous le nom de diabète juvénile du fait de sa cause profonde – le pancréas ne produit plus suffisamment de l’hormone qui régule la quantité de glucose dans le sang.

C’est une maladie chronique qui peut aussi se développer plus tard dans la vie, et n’est pas directement liée à des facteurs alimentaires ou de style de vie comme le diabète de type 2, ajoute la source. Cependant, son traitement peut exiger une gestion du style de vie afin de minimiser les effets.

À propos du type 2

Ce type de diabète est largement prédominant aux États-Unis, dit la société WebMD. Bien que les patients de type 2 produisent l’hormone régulant le taux de glucose dans le sang à partir du pancréas,  « leurs cellules ne l’utilisent pas aussi bien qu’elles le devraient, » ajoute-t-elle.

Le pancréas se surstimule afin d’essayer de contrôler le taux de glucose dans le sang de ces patients, mais « à la fin il n’en peut plus, et le sucre s’accumule plutôt dans le sang, » ajoute le site WebMD. L’obésité est souvent tenue responsable de l’apparition de ce type de diabète, mais ce n’est pas le seul facteur de risque.

Shutterstock

Comparaison des deux types

Le site Diabetes.co.uk explique les différences entre les 2 types. En voici un résumé : le type 1 est habituellement diagnostiqué pendant l’enfance, alors que le type 2 est habituellement diagnostiqué chez les personnes d’au moins 30 ans. Le type 1 n’est pas lié à l’excès de poids, alors que le type 2 l’est.

Les patients de type 1 ont habituellement des niveaux de cétone (produite par la décomposition de la graisse) dépassant la moyenne au moment du diagnostic, alors que ceux de type 2 ont généralement une lecture de tension artérielle ou de cholestérol élevée au moment du diagnostic. Le traitement du type 1 consiste en injections, alors que le type 2 n’est initialement traité avec aucun médicament, ajoute-t-il. Alors que les patients de type 1 auront besoin d’injections toute leur vie, les patients de type 2 peuvent arrêter les médicaments contre le diabète dans certains cas, ajoute-t-il.

Comparaison des symptômes

Le groupe EveryDay Health dit que bien que les deux types de diabètes puissent présenter des symptômes similaires, il peut y avoir quelques différences subtiles. Le type 1 peut provoquer la soif, la faim, la fatigue, une urination fréquente, une perte de poids, ou même des picotements et un engourdissement aux pieds et une vision trouble lorsque le taux de glucose dans le sang est trop haut, explique-t-il.

Les symptômes du type 2 prennent souvent du temps à se manifester – « ce qui veut dire que la maladie peut ravager le corps d’une personne sans que celle-ci s’en rende compte, » ajoute-t-il. Cependant, les premiers symptômes peuvent être les mêmes que ceux du type 1, avec en plus un dysfonctionnement érectile chez les hommes et une douleur aux mains et aux pieds.

Causes du type 1

Le site Healthline dit que le type 1 est une maladie auto-immune – et fait remarquer que le système immunitaire du corps confond les cellules saines avec des envahisseuses. « Le système immunitaire attaque et détruit les cellules bêta productrices d’hormones dans le pancréas, » ajoute-t-il.

À cause de ce processus, le corps n’est plus capable de produire l’hormone qui régule le taux de glucose dans le sang. La raison de cette réponse immunitaire est inconnue, mais elle « a peut-être à voir avec des facteurs génétiques et environnementaux, comme l’exposition aux virus, » ajoute-t-il.

Causes du type 2

La même source indique qu’en ce qui a trait à la résistance, « Les chercheurs ne sont pas trop sûrs de la raison pour laquelle certaines personnes deviennent [résistantes] et d’autres non, » mais il peut y avoir des facteurs contributifs tels que l’excès de poids et le manque d’activité (un style de vie sédentaire).

Il pourrait également y avoir des facteurs génétiques et environnementaux, fait remarquer la source. Mais en résumé le corps n’est pas capable de réguler le taux de glucose dans le sang comme il faut, même lorsque le pancréas essaie de compenser en produisant plus d’hormones, ajoute-t-elle.

Les facteurs de risque du type 1

Bien que les causes des deux types ne soient pas trop claires, certains facteurs de risque associés aux deux ont été très bien identifiés. Dans le cas du type 1, malheureusement ces facteurs de risque ne peuvent être contrôlés.

Par exemple, le site Healthline fait remarquer que les antécédents familiaux, l’âge (surtout l’enfance et l’adolescence), et la génétique jouent tous un rôle dans la probabilité de développer le diabète de type 1. La géographie joue également un rôle. « La prévalence du diabète de type 1 augmente à mesure que l’on s’éloigne de l’équateur, » fait-il remarquer.

Les facteurs de risque du type 2

D’un autre côté, la liste des facteurs de risque du type 2 est longue. Le site Healthline énumère l’excès de poids ou l’obésité (avec beaucoup de graisse abdominale), le manque d’activité physique, un membre de la famille proche souffrant de type 2 comme grands signaux d’alarme en ce qui a trait aux chances de développer le type 2.

Comme autres facteurs de risque il y a donner naissance à un bébé pesant plus de 9 livres, avoir le diabète gestationnel (un type de diabète apparaissant pendant la grossesse), ou avoir plus de 45 ans. Il semble aussi favoriser certaines races – la source indique que des antécédents afro-américains, hispaniques ou latino-américains, amérindiens, ou autochtones d’Alaska augmentent le risque.

Diagnostiquer le diabète

Le groupe EveryDay Health explique que les tests pour les deux types de diabète sont similaires. Les tests comportent une analyse de sang pour mesurer le taux de sucre sanguin ou glycémie à jeun, ainsi qu’un test d’hémoglobine A1C (qui mesure le taux de glycémie moyen sur une période de quelques mois), et une épreuve de tolérance au glucose pour voir à quel point les niveaux de glycémie sont affectés par une boisson sucrée.

Cependant, dans le cas du type 1, les médecins peuvent vérifier s’il y a des anticorps dans le sang qui attaquent les cellules productrices d’hormone dans le pancréas, précise-t-il. Les diagnostics de type 2 s’appuient sur les symptômes et les facteurs de risque, ajoute-t-il.

Régimes pour diabétiques

Dans le cas du type 1, le but est de maximiser la nutrition tout en surveillant l’apport en hydrates de carbone, en protéines, et en matières grasses, fait remarquer le site Healthline. « Cependant, il n’y a pas d’unique régime universel pour diabétiques. Il faut faire attention à sa façon de manger et à la façon dont le corps réagit à certains aliments, » ajoute-t-il. Cela pourrait signifier faire appel à un médecin ou à un diététicien ou une diététicienne.

D’un autre côté, le régime pour type 2 « est le même que presque tout le monde devrait suivre, » explique-t-il. Cela veut dire choisir une variété d’aliments riches en valeur nutritive et pauvres en « calories vides, » tout en contrôlant les portions et en prenant collations et repas selon un horaire fixe (pour éviter une fluctuation du taux de glycémie). Consommez les légumes, les fruits et les céréales complètes – ainsi que du poisson – tout en évitant la viande transformée, les boissons sucrées, les aliments salés ou frits, et la matière grasse ou la margarine en bâtonnets, indique le site Healthline.

Traitement des deux types

Si vous avez le diabète de type 1, vous aurez besoin d’un régime régulier d’injections ou d’une pompe, explique le site WebMD. Vous aurez également à surveiller vos taux de glycémie plusieurs fois par jour, ajoute-t-il. Votre médecin voudra vous voir souvent pour vérifier s’il y a des signes de complications. Dans certains cas où il y a acidocétose diabétique (un déséquilibre chimique sanguin dangereux), vous aurez peut-être à séjourner dans l’unité des soins intensifs, ajoute-t-il.

La même source indique que le « traitement du diabète de type 1 changera avec le temps afin de répondre à vos besoins, » mais il consistera toujours en contrôle de taux de glycémie pour éviter toute complication qui pourrait affecter les yeux, les reins, le cœur, les vaisseaux sanguins et les nerfs. Votre médecin prescrira peut-être certains médicaments contre le diabète (à court ou à long terme).

Prévention du diabète

Malheureusement, dans le cas du type 1, il n’existe pas de cure et il n’y a vraiment rien qu’on puisse faire pour diminuer fortement les risques de le développer. Mais il n’en est pas de même avec le type 2 – il existe une certain nombre de facteurs dont vous avez le contrôle qui peuvent vous aider à gérer ou à complètement éviter la maladie.

La National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Issues indique que pour diminuer vos chances de développer le type 2, vous pouvez planifier de perdre du poids et de ne pas le reprendre, de bouger plus souvent (aller progressivement jusqu’à atteindre au moins 30 minutes d’activité physique 5 jours par semaine), et de consommer des aliments plus sains en portions plus petites. Remplacez vos boissons sucrées par l’eau, ajoute-t-elle.

Avatar

ActiveBeat Français

ActiveBeat se dédie à ramener vers le lecteurs toutes les importantes actualités et information dans le monde de la santé. Des souvenirs aux découvertes vers le fitness, la nutrition et les études, nous couvrons chaque aspect des actualités de santé, chaque jour.

X